Dorade royale

Sparus aurata

    • La France
      Aquaculture - Bassins
    • Méditerranée - Global GAP
      Aquaculture - Cages à filets en mer
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27; Méditerranée et Mer Noire FAO 37
      Lignes, Canne, Piège
    • Méditerranée
      Aquaculture - Cages à filets en mer
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27; Méditerranée et Mer Noire FAO 37
      Chalut de fond, Filet maillant, Filet trémail

    Biologie

    La dorade royale ou daurade est un poisson hermaphrodite. Les individus naissent avec le sexe masculin et deviennent plus tard des femelles. Il est donc essentiel pour la conservation de cette espèce de maintenir les stocks des différentes classes d’âge et de taille, et par conséquent aussi l’équilibre entre les sexes. La daurade est présente dans toutes les eaux côtières tièdes des régions chaudes et tempérées, elle est un poisson typique de la mer Méditerranée. Les daurades peuvent atteindre une taille de 70 cm pour 2,5 kg. À l’heure actuelle, l’élevage présente une valeur économique supérieure à la capture sauvage. La daurade est la seule espèce de brème marin qui peut être élevée.

    Capture sauvage

    Situation des stocks

    La dorade royale est exploitée au maximum ou en situation de surpêche. Les informations disponibles sont insuffisantes pour évaluer précisément l’état des stocks. Il y a cependant des signes qui indiquent que les populations de daurades des eaux côtières de l’Atlantique sont en croissance en Europe de l’Ouest, alors que les stocks de Méditerranée subissent un lourd impact de la pression de pêche. En général, la dorade royale semble relativement résistante à la surpêche.

    Conséquences écologiques

    La dorade royale est souvent pêchée en même temps que d’autres espèces dans le cadre de pêcheries mixtes. L’utilisation de chaluts ou chaluts à perche entraîne généralement une quantité importante de prises accessoires, souvent des espèces qui sont déjà menacées par la surpêche. La pêche au chalut à perche a également un effet négatif sur la survie de différents animaux des fonds marins tels que les coraux d’eau froide, des alevins et des espèces menacées comme les requins et les raies. Les filets sont en effet traînés sur le fond, où ils détruisent l’habitat de nombreuses espèces. Par cet effet sur les fonds marins et l’impact sur les différentes populations de poissons, le chalut à perche affecte tout l’écosystème, ce qui a des conséquences à long terme. Les chaluts pélagiques (qui ne sont pas tirés sur le fond) causent moins de prises accessoires et n’endommagent pas les habitats des fonds marins. L’utilisation de filets maillants provoquent la prise accessoire de baleines, de dauphins et de certaines espèces de raies protégées. Un filet emmêlant se compose de 3 couches : un filet intérieur de chaque côté duquel se trouve un filet à larges mailles. Les animaux s’emmêlent dans le filet et plus ils se débattent, plus ils y sont empêtrés. Cette technique entraîne la prise accessoire d’espèces non visées, parmi lesquelles des espèces menacées telles que mammifères marins, tortues marines, oiseaux marins, raies et requins. La canne au lancer, les lignes manuelles et les pièges sont sélectifs, ne provoquent pratiquement pas de prises accessoires, génèrent peu de rejet et ont un faible impact écologique.

    Gestion

    Une taille minimale de capture et un volume total de prise autorisée ont été instaurés pour protéger les stocks de poissons. Il n’existe aucun plan de gestion spécifique pour la daurade. Seules les petites pêcheries professionnelles en mer Méditerranée observent des règlementations spécifiques.

    Aquaculture

    Empreinte écologique

    En mer Méditerranée, la dorade royale est élevée à grande échelle dans des cages flottantes. Pour produire 1 kg de daurade, 4 kg de poisson sont nécessaires. Les aliments (farine de poisson et huile de poisson) utilisés pour nourrir les daurades ne proviennent pas de ressources durables et la production de cette nourriture est une source de pollution pour les populations de poissons sauvages.

    Impacts écologiques

    L’aquaculture en cages flottantes présente un impact écologique important. La quantité de poissons placés dans les cages est énorme. Afin de réduire le risque élevé de maladies et de parasites, des aliments, produits chimiques et antibiotiques sont ajoutés dans l’eau sur le lieu d’aquaculture. Ces substances modifient les interactions de la chaîne alimentaire et impactent les populations sauvages. Des poissons peuvent s’échapper et affaiblir les populations sauvages par des échanges de gènes. Les eaux usées provenant des systèmes à écoulement d’eau et des cages flottantes présentent une concentration élevée en nutriments (ce qui conduit à l’eutrophisation du milieu) et causent la dispersion de maladies et de parasites, en plus des croisements entre individus élevés et individus sauvages.

    Global GAP

    Pin It on Pinterest

    Share This