Moule

Mytilus edulis, M. chilensis, M. galloprovincialis, E236Perna canaliculus

    • Label MSC
      Sauvage
    • Label ASC
      Aquaculture
    • Mer des Wadden (Allemagne, Pays-Bas)
      Aquaculture - Culture du sol - Complet
    • Mer des Wadden (Allemagne, Pays-Bas)
      Aquaculture - Culture du sol - Hybride
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 (Mer des Wadden); Méditerranée et Mer Noire FAO 37
      Dragues

    Biologie

    Les moules sont des coquillages bivalves qui vivent souvent en colonies denses où les individus sont attachés les uns aux autres et à un substrat solide (rochers, poteaux ou cordes) au moyen de filaments de byssus (la « barbe » de la moule). Elles forment ainsi des récifs qui sont importants pour d’autres organismes marins. Elles constituent en outre une source de nourriture essentielle pour les oiseaux marins. Toutes les moules se nourrissent par filtration. Elles atteignent environ 8 cm et ont une teinte bleutée typique, parfois violette ou brune. La moule commune (Mytilus edulis) se rencontre dans l’hémisphère nord tandis que la moule du Pacifique (Mytilus chilensis) peuple les côtes du Chili et des îles Malouines. Mytillus galloprovincialis est plus grosse que la moule commune et est notamment cultivée en mer Méditerranée. La moule de Nouvelle-Zélande (Perna canaliculus) est également commercialisée sur le marché européen.

    Situation des stocks

    Les moules sont cultivées aussi bien dans la zone de marée (moules de bouchot, parcs à moules) qu’en pleine mer jusqu’à 20 m de profondeur (moules de fond, élevage sur cordes) avec un impact plus ou moins faible sur l’environnement. Aussi longtemps que la biomasse disponible suffit à satisfaire les besoins de l’écosystème en plus de la consommation humaine, l’élevage de moules peut se poursuivre sans entraîner de perturbations.

    Impact écologique

    L’impact écologique dépend du type d’élevage de moules. Le plus souvent, les moules sont cultivées en élevage de fond, sur des cordes suspendues à des systèmes flottants ou sur des poteaux situés dans la zone de marée (« bouchots »). Les larves de moules sont prélevées sur des colonies naturelles ou capturés sur des cordes et filets dérivants. Récemment les jeunes moules ont également été cultivées dans des couveuses. Les jeunes moules sont ensuite fixées sur des cordes ou des piquets, ou disséminées sur le fond marin dans des parcelles prévues à cet effet, où elles pourront croître avant d’être récoltées. L’élevage de moules ne demande aucun nourrissage puisque les moules filtrent la nourriture dans leur environnement. Lorsque les moules sont élevées sur des poteaux en bois ou des cordes, l’effet sur l’environnement est minime, étant donné que le fond marin ne subit aucun dommage, qu’aucune espèce nouvelle n’est disséminée dans le milieu et que cette technique n’est pas applicable dans des zones protégées. Toutefois, il arrive souvent que les moules d’élevage soient importées de l’étranger, ce qui conduit au mélange de moules indigènes et d’espèces invasives, ainsi qu’à la dispersion de parasites. Lors du dragage et de la récolte de moules en élevage de fond, les moules sont raclées sur le substrat, ce qui détruit complètement l’habitat du fond marin. Lorsque les moules sont récoltées sélectivement à la main, il n’y a ni prises accessoires ni rejet et l’impact sur l’habitat est réduit.

    Gestion

    La gestion des élevages de moules en Europe est souvent en conflit avec la conservation de la nature, mais l’instauration de mesures qui concernent l’ampleur du dragage dans l’espace et le temps et les méthodes de récolte durable des larves a conduit à des avancées. En raison des variations des conditions environnementales, il est difficile de prendre les mesures adéquates qui permettraient de stabiliser la production à un niveau durable. A partir de 2020, un quota zéro sera en vigueur sur le prélèvement des larves de moules dans les zones naturelles de la mer de Wadden parce que la pression sur les colonies de moules sauvages y est trop élevée. C’est pourquoi les Pays-Bas investissent dans des alternatives durables pour le secteur de la myticulture, comme les installations de capture des larves et les couveuses. Sur la côte belge, la cueillette des moules est interdite par la loi, surtout pour des raisons de santé publique. En effet, il n’y a pas de contrôle systématique de la présence d’algues toxiques.

    • Marine Stewardship Council - 1
    • Aquaculture Stewardship Council - 1

    Pin It on Pinterest

    Share This