Anguille

Anguilla anguilla

    • Monde entier
      Piège

    Biologie

    L’anguille possède un corps long et sinueux. Les mâles peuvent atteindre 45 cm et les femelles 133 cm. L’anguille se rencontre depuis les côtes de l’Islande et de la Norvège jusqu’aux côtes africaines ainsi qu’en Méditerranée et dans la mer Noire. L’anguille est un carnivore au cycle de vie très particulier. Les jeunes anguilles (appelées civelles) vivent en eau douce jusqu’à leur maturité sexuelle. Ensuite, elles migrent jusqu’à la mer des Sargasses où elles se reproduisent. Le Gulf Stream ramène ensuite les alevins vers les côtes, où le cycle recommence.

    Situation du stock

    L’anguille a reçu le statut d’espèce « en danger critique » sur la liste rouge de l’IUCN (International Union for Conservation of Nature). Étant donné que l’anguille est pêchée tout au long de son cycle de vie, de la civelle à l’individu adulte, le stock est dans un état alarmant pour les différents stades. Le nombre d’individus de chacun d’entre eux est à son minimum historique.

    Conséquences écologiques

    L’anguille est pêchée principalement à l’aide de pièges, mais les chaluts, la capture électrique, les hameçons, l’épuisette et la nasse sont également utilisés. En raison de la grande variété de ces méthodes de capture, nous manquons d’informations fiables sur les prises accessoires. Les pièges sont sélectifs et génèrent donc peu de prises accessoires, peu de rejet et un faible impact écologique. En Belgique, la pêche à l’anguille n’est plus exercée de façon professionnelle. La pêche récréative subsiste dans une mesure limitée. Jusqu’à présent, il n’est pas possible de reproduire l’anguille d’Europe en captivité. C’est pourquoi l’élevage de l’anguille se réduit à l’engraissement de civelles capturées à l’état sauvage dans des systèmes en circuit fermé. L’impact négatif de ces systèmes est limité aux eaux voisines. Les maladies et parasites ne peuvent pas être transmis aux populations sauvages et aucun produit chimique ou médicament n’est libéré dans l’environnement. Les animaux ne peuvent pas s’échapper et n’ont par conséquent aucun effet sur les populations sauvages.

    Gestion

    Actuellement, la gestion de la capture sauvage ne permet pas de favoriser la restauration des populations ni leur perpétuation à long terme. Pour mieux contrôler le commerce, l’anguille a été à nouveau ajoutée à la seconde annexe de la convention CITES (Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora), de sorte que le commerce international de l’anguille, s’il reste autorisé, est strictement réglementé. En décembre 2010, l’exportation d’anguilles vers des pays hors Union Européenne a été interdite. Depuis 2009, il existe un plan belge de gestion de l’anguille, axé sur l’amélioration de la migration sauvage vers et en provenance de la mer, l’interdiction de la civelle et la lutte contre la pêche illégale. Des mesures locales sont d’application pour la pêche à l’anguille, telles que la réglementation du matériel de pêche (largeur de maille), la limitation du nombre de permis de pêche délivrés et/ou l’instauration d’une saison pour la pêche à l’anguille.

    À savoir

    En raison des taux élevés de substances toxiques dans la chair d’anguille, le gouvernement flamand conseille de ne pas consommer d’anguilles sauvages ou élevées dans des centres d’élevage. Une interdiction générale de capture des anguilles est appliquée en Wallonie depuis 2006 pour la même raison.

    Pin It on Pinterest

    Share This