Huître creuse

Crassostrea gigas

    • Label MSC
      Sauvage
    • Label MSC
      Aquaculture

    Biologie

    La forme de l’huître creuse varie suivant les régions. À pleine maturité, les huîtres peuvent atteindre une longueur maximum d’environ 30 cm, mais elles mesurent en moyenne de 8 à 15 cm. Elles se nourrissent principalement de plancton et de détritus. Les huîtres vivent dans les estuaires et préfèrent les substrats solides où elles se fixent sur des pierres et des rochers. On trouve des huîtres à une profondeur de 5 à 40 m. Lorsqu’elles se développent dans de bonnes conditions, leur taux de croissance est spectaculaire, ce qui en fait une espèce de choix pour l’aquaculture (pratiquée surtout en Norvège). On trouve l’huître creuse au Japon, en Corée, en Sibérie, en Australie, aux États-Unis et au Canada. En Europe, l’espèce est présente en Norvège, sur la côté ouest de la Suède, dans une partie de la France et en mer Méditerranée.

    Situation des stocks

    Peu d’informations sont disponibles concernant l’état des stocks d’huître creuse sur les côtes européennes. En raison de sa grande capacité d’adaptation à diverses conditions environnementales, en particulier en comparaison des espèces de mollusques endémiques, les stocks sont en hausse. Un taux de croissance élevé et une reproduction précoce permettent à l’huître creuse de résister à une pression de pêche élevée.

    Conséquences écologiques

    Les conséquences écologiques dépendent du type d’ostréiculture. Les huîtres peuvent être disposées en sacs sur des tables surélevées placées dans la zone de marée. En Méditerranée, où les marées sont très faibles, les huîtres sont cultivées sur des cordes suspendues. En culture sur le fond, les jeunes huîtres sont « semées » dans des parcelles prévues à cet effet, où les huîtres pourront ensuite grandir. Elles sont ensuite récoltées par dragage. Les jeunes huîtres proviennent de plus en plus souvent de « couveuses » spécialisées. L’élevage des huîtres ne demande aucun apport de nourriture car les huîtres se nourrissent en filtrant leur environnement. C’est lorsque les huîtres ont été élevées sur des cordes que l’impact sur l’environnement est le plus faible, étant donné que le fond marin n’est pas endommagé, que de nouvelles espèces ne sont pas propagées dans l’environnement et parce que cette méthode n’est pas utilisée dans des zones protégées. Les huîtres sont récoltées sélectivement à la main. Par conséquent, on ne déplore ni prises accessoires ni rejets et l’impact sur les habitats des fonds marins est réduit. Toutefois, l’ostréiculture est sujette à un risque élevé de propagation de maladies et de parasites, tant parmi les huîtres cultivées que dans l’environnement. Dans le passé, des huîtres infectées ont été introduites illégalement en Europe. Les effets sur la propagation de parasites sont encore perceptibles dans les populations actuelles.

    Gestion

    Il n’existe pas de plan de gestion spécifique pour l’huître creuse. Des études complémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre l’impact de la dispersion de l’huître creuse.

    Pin It on Pinterest

    Share This