Eglefin

Melanogrammus aeglefinus

    • Label MSC
      Sauvage
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27
      Filet maillant de fond ou calé
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 (Baltique, Norvège, Skagerrak, Kattegat, Mer du Nord, à l'ouest de l'Ecosse, l'Islande)
      Chalut de fond
    • Océan Atlantique Nord Ouest FAO 21 (Canada)
      Chalut de fond, Filet maillant de fond ou calé, Palangre de fond ou calée, Piège
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27
      Chalut de fond

    Biologie

    L’églefin séjourne volontiers au fond des océans, où il se nourrit d’organismes vivant sur les fonds marins. Crustacés, mollusques, échinodermes, vers et petits poissons figurent tous à son menu. À l’âge de 5 ans environ, alors qu’il mesure 35 cm, l’églefin atteint la maturité sexuelle et est donc apte à se reproduire. Cette maturité tardive rend l’églefin très sensible à la surpêche. L’églefin mesure le plus souvent entre 35 et 45 cm et pèse environ 1,5 kg.

    Situation des stocks

    Les stocks d’églefins dans la mer du Nord, dans le Skagerrak, à l’ouest de l’Écosse, en Islande et au nord-est de l’Océan Arctique sont sains. Le niveau d’intensité actuel de la pêche semble donc durable. Dans les Îles Féroé, l’églefin est pêché de manière non durable, de sorte que les populations s’y trouvent dans une situation critique.

    Conséquences écologiques

    L’églefin est surtout capturé au chalut. L’utilisation de chaluts ou chaluts à perche entraîne généralement une quantité importante de prises accessoires, souvent des espèces qui sont déjà menacées par la surpêche. La pêche au chalut à perche a également un effet négatif sur la survie de différents animaux des fonds marins tels que les coraux d’eau froide, des alevins et des espèces menacées comme les requins et les raies. Les filets sont en effet traînés sur le fond, où ils détruisent l’habitat de nombreuses espèces. Par cet effet sur les fonds marins et l’impact sur les différentes populations de poissons, le chalut à perche affecte tout l’écosystème, ce qui a des conséquences à long terme. L’utilisation de filets fixes et filets maillants limite les prises accessoires et minimise l’impact sur le fond. Les raies, requins et mammifères marins protégés comptent cependant parmi les possibles victimes de prises accessoires. La pêche à l’aide de lignes de traîne (trolling et longlines ou palangres) génère de très nombreuses prises accessoires de diverses espèces menacées telles que tortues marines, oiseaux marins, raies et requins. Beaucoup de jeunes poissons d’autres espèces économiquement importantes telles que marlins et espadons sont capturés et rejetés, avec de faibles chances de survie. L’usage d’appâts dans le cadre de ces méthodes peut en outre avoir un impact sur les stocks de ces appâts.

    Gestion

    L’instauration de quantités totales de prises autorisées et d’une taille minimale de capture de 30 cm doit conduire à la restauration et la conservation des différents stocks. Dans la mer de Barents et autour de l’archipel du Svalbard, les chaluts doivent être pourvus d’une grille d’évasion qui augmente les chances de survie des jeunes poissons.

    Pin It on Pinterest

    Share This