Limande sole

Microstomus kitt

    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 (Mer du Nord, la Manche, l'Islande)
      Senne danoise, Filet maillant de fond ou calé
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 (Skagerrak, Kattegat)
      Senne danoise
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27
      Chalut de fond, Chalut à perche, Filet maillant de fond ou calé, Chalut à impulsions

    Biologie

    La limande est une espèce typique des fonds marins du nord-est de l’océan Atlantique. Sa silhouette est adaptée à son mode de vie avec ses deux yeux déplacés du côté droit de son corps. La sole limande peut atteindre 65 cm (20-30 cm en moyenne) et pèse alors quelque 3 kg. Lorsque les mâles mesurent 17 cm et les femelles 24 cm, ils ont atteint leur maturité sexuelle. Les limandes apprécient les substrats pierreux où elles se nourrissent de différents animaux invertébrés.

    Situation des stocks

    Les stocks européens semblent être en bon état avec une augmentation de la biomasse de plus de 50% en 10 ans (entre 2002 et 2012).

    Conséquences écologiques

    La sole limande est pêchée principalement à l’aide de chaluts. L’utilisation de chaluts ou chaluts à perche entraîne généralement une quantité importante de prises accessoires, souvent des espèces qui sont déjà menacées par la surpêche. La pêche au chalut à perche a également un effet négatif sur la survie de différents animaux des fonds marins tels que les coraux d’eau froide, des alevins et des espèces menacées comme les requins et les raies. Les filets sont en effet traînés sur le fond, où ils détruisent l’habitat de nombreuses espèces. Par cet effet sur les fonds marins et l’impact sur les différentes populations de poissons, le chalut à perche affecte tout l’écosystème, ce qui a des conséquences à long terme. Les chaluts adaptés et la drague à impulsions électriques, qui utilise des impulsions électriques pour conduire les soles limandes dans les filets sans y attirer les jeunes poissons, causent moins de dégâts sur les fonds marins et génèrent moins de prises accessoires. Ces méthodes sont toutefois encore en phase de test et des études d’impact écologique sont encore nécessaires. L’utilisation de filets fixes et filets maillants limite les prises accessoires et minimise l’impact sur le fond. Les raies, requins et mammifères marins protégés comptent cependant parmi les possibles victimes de prises accessoires. La senne danoise se distingue par l’immersion de deux longues cordes (au moins 2,5 km) en cercle avec un filet au centre. Lorsque les cordes sont hissées à bord, les poissons vivant au fond sont chassés vers le filet, tandis que le bateau navigue à faible vitesse. Cette technique de pêche entraîne la prise accessoire d’individus trop petits de l’espèce visée et d’autres espèces, la perturbation des fonds marins et la destruction de l’habitat ou encore l’élimination d’espèces sessiles telles que des algues, récifs coralliens, éponges, vers tubicoles…

    Gestion

    Les pêcheries de sole limande de la mer du Nord doivent respecter un volume total de prise autorisée.

    À savoir

    En hiver, la sole limande ne se nourrit pas du tout.

    Pin It on Pinterest

    Share This