Lieu jaune

Pollachius pollachius

    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 Royaume-Uni, l'Irlande, l'Ecosse, la France, Golfe de Gascogne, Portugal)
      Pêche à la traîne (trolling)
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 (Norvège, Danemark, Allemagne, France, Royaume-Uni)
      Filet maillant de fond ou calé
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27
      Chalut de fond, Filet maillant de fond ou calé, Lignes traînantes

    Biologie

    Le lieu jaune est largement répandu dans le nord-est de l’océan Atlantique. L’espèce se rencontre à proximité des fonds rocheux où elle se déplace juste au-dessus du substrat, entre 40 et 100 m de profondeur. Les adultes mènent une vie relativement solitaire sauf en période de reproduction, où ils forment des bancs denses. Les jeunes lieus jaunes vivent dans les eaux côtières. À l’âge de deux ans, lorsqu’ils ont atteint la maturité sexuelle, ils migrent vers le large. Les mâles ont alors une taille de 30 à 40 cm, tandis que les femelles mesurent 40 à 50 cm. Le lieu jaune peut vivre 8 ans et mesurent jusqu’à 1,3 m.

    Situation des stocks

    Les stocks du nord-est de l’océan Atlantique ne sont pas en surpêche actuellement, mais la prise d’individus juvéniles est trop importante et le stock est affaibli. Depuis 2013, des recommandations de capture sont proposées chaque année.

    Conséquences écologiques

    Le lieu jaune est pêché avec des chaluts de fond, des filets maillants ancrés, des lignes de traîne (longlines ou palangres) ou à la ligne (trolling). L’utilisation de chaluts ou chaluts à perche entraîne généralement une quantité importante de prises accessoires, souvent des espèces qui sont déjà menacées par la surpêche. La pêche au chalut à perche a également un effet négatif sur la survie de différents animaux des fonds marins tels que les coraux d’eau froide, des alevins et des espèces menacées comme les requins et les raies. Les filets sont en effet traînés sur le fond, où ils détruisent l’habitat de nombreuses espèces. Par cet effet sur les fonds marins et l’impact sur les différentes populations de poissons, le chalut à perche affecte tout l’écosystème, ce qui a des conséquences à long terme. L’utilisation de filets fixes et filets maillants limite les prises accessoires et minimise l’impact sur le fond. Les raies, requins et mammifères marins protégés comptent cependant parmi les possibles victimes de prises accessoires. La pêche à l’aide de lignes de traîne (trolling et longlines ou palangres) génère de très nombreuses prises accessoires de diverses espèces menacées telles que tortues marines, oiseaux marins, raies et requins. Beaucoup de jeunes poissons d’autres espèces économiquement importantes telles que marlins et espadons sont capturés et rejetés, avec de faibles chances de survie. L’usage d’appâts dans le cadre de ces méthodes peut en outre avoir un impact sur les stocks de ces appâts. La pêche à la ligne manuelle est sélective, n’entraîne presqu’aucune prise accessoire, génère peu de rejet et a un faible impact écologique.

    Gestion

    L’Union Européenne a fixé un volume total de prise autorisée et des quotas pour le lieu jaune. La taille minimale de capture réglementaire est 30 cm, alors que les lieus jaunes n’atteignent la maturité sexuelle que quand ils mesurent 40 cm.

    Pin It on Pinterest

    Share This