Maquereau

Scomber scombrus, S. japonicus

    • Label MSC
      Sauvage
    • Océan Atlantique Nord Ouest FAO 21 (Canada, États-Unis)
      Chalut pélagique
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27
      Filet maillant, Chalut pélagique, Senne
    • Océan Atlantique Central Est FAO 34; Méditerranée et Mer Noire FAO 37; Océan Pacifique Nord Ouest, Central Est, Sud Est FAO 61, 71, 87
      Chalut pélagique, Senne

    Biologie

    Le maquereau est un nageur véloce (environ 10 km/h) qui évolue dans la colonne d’eau. On rencontre le maquereau dans l’est de l’océan Atlantique, en mer Méditerranée et dans la mer Noire. Les maquereaux forment de grands bancs juste sous la surface, ce qui facilite leur capture en grande quantité. Ils atteignent la maturité sexuelle à l’âge de 3 ans et mesurent environ 30 cm. Ils peuvent vivre une vingtaine d’années. Les maquereaux se nourrissent principalement de zooplancton et de petits poissons.

    Situation des stocks

    Les stocks de maquereaux du nord-est de l’océan Atlantique ne sont pas actuellement en péril. Dans de nombreuses régions, leur pêche dépasse cependant les volumes totaux de prise autorisée. Tous les stocks de la Méditerranée sont pêchés à un niveau maximal et de nombreux stocks sont en surpêche. Les maquereaux sont capturés dans le cadre de pêcheries mixtes. Les données étant mal recoupées et mal gérées, nous manquons d’informations, de sorte qu’il est impossible d’évaluer correctement la situation des stocks.

    Conséquences écologiques

    Les maquereaux sont pêchés à l’aide filets tournants, de chaluts pélagiques, de filets maillants ou de lignes manuelles. Les filets tournants comportent une poche centrale en forme de cuiller, constituée d’un filet noué dans une matière légère et très résistante, pourvu de deux ailes aux extrémités. Les poissons sont capturés tandis que les deux ailes sont hissées à bord. Cette technique entraîne la prise accidentelle d’espèces non visées, notamment des mammifères marins et des requins, ainsi que des individus trop jeunes de l’espèce pêchée. Les chaluts pélagiques (qui ne sont pas tirés sur le fond) n’endommagent pas les habitats des fonds marins mais les prises accessoires ne sont pas négligeables, souvent au détriment d’espèces protégées ou victimes de surpêche. L’utilisation de filets fixes et filets maillants limite les prises accessoires et minimise l’impact sur le fond. Les raies, requins et mammifères marins protégés comptent pourtant parmi les possibles victimes de prises accessoires.
    La pêche à la ligne manuelle est sélective, ne produit presqu’aucune prise accessoire, génère peu de rejet et a un faible impact écologique.

    Gestion

    En 2008 et 2014, un plan de gestion commun pour le nord-est de l’océan Atlantique a été approuvé à deux reprises par les Îles Féroé, la Norvège et l’Union Européenne. Une taille minimale de capture et un volume total de prise autorisée ont été instaurés pour protéger les stocks. Cependant, les captures totales autorisées sont supérieures à celles permettant de maintenir un stock en bonne santé. Dans certaines régions du nord-est de l’Atlantique, la taille de capture minimale a été fixée à 20 cm, alors que le maquereau atteint la maturité sexuelle lorsqu’il mesure 30 cm. Dans la Manche, une zone d’exclusion appelée « box maquereau » a été délimitée autour des sites de reproduction de l’espèce. Dans cette zone, les captures de maquereaux ne peuvent représenter plus de 15% du poids total des captures de toutes les espèces.

    À savoir

    Le maquereau n’est pas doté d’une vessie natatoire, de sorte qu’il doit nager sans cesse pour éviter de couler.

    Pin It on Pinterest

    Share This