Turbot

Scophthalmus maximus

    • Europe
      Aquaculture - Bassins
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27 (Mer du Nord, les eaux occidentales)
      Filet maillant
    • Océan Atlantique Nord Est FAO 27
      Chalut de fond, Chalut à perche, Filet maillant (de fond ou calé)
    • Méditerranée et Mer Noire FAO 37 (Mer Noire)
      Filet maillant de fond ou calé

    Biologie

    Le turbot est un poisson plat qui peut se rencontre à des profondeurs de 100 m ou plus. Le turbot préfère les substrats sableux ou vaseux. Il peut atteindre 1 m de longueur et un poids de 25 kg. En mer Méditerranée, le turbot se reproduit de février à avril. Dans le nord-est de l’océan Atlantique, la reproduction a lieu en revanche entre mai et juin. Les individus juvéniles vivent le long des côtes, tandis que les spécimens plus âgés évoluent en pleine mer. Le turbot se nourrit d’autres poissons des fonds marins, mais il peut également consommer des crustacés et des coquillages d’assez grande taille.

    Capture sauvage

    Situation des stocks

    Les informations disponibles sont insuffisantes pour évaluer précisément la situation des stocks. Malgré le fait que la pression de pêche a été fortement réduite, le stock est encore surexploité.

    Conséquences écologiques

    Le turbot est capturé à l’aide de chaluts et chaluts à perche, ou de filets maillants ancrés. Les pêcheries mixtes utilisant le chalut ou le chalut à perche ont un impact considérable sur le milieu. L’utilisation de chaluts ou chaluts à perche entraîne généralement une quantité importante de prises accessoires, souvent des espèces qui sont déjà menacées par la surpêche. La pêche au chalut à perche a également un effet négatif sur la survie de différents animaux des fonds marins tels que les coraux d’eau froide, des alevins et des espèces menacées comme les requins et les raies. Les filets sont en effet traînés sur le fond, où ils détruisent l’habitat de nombreuses espèces. Par cet effet sur les fonds marins et l’impact sur les différentes populations de poissons, le chalut à perche affecte tout l’écosystème, ce qui a des conséquences à long terme. L’utilisation de filets fixes et filets maillants limite les prises accessoires et minimise l’impact sur le fond. Les raies, requins et mammifères marins protégés comptent cependant parmi les possibles victimes de prises accessoires.

    Gestion

    Certaines réglementations s’appliquent spécifiquement au turbot, mais les mesures visant les pêcheries mixtes de poissons plats ont aussi une influence positive sur les populations de turbots. En Belgique, en France et aux Pays-Bas, les pêcheurs se sont imposé une taille minimale qui varie de 25 à 32 cm selon les cas. Malgré cette restriction volontaire de la taille des prises, trop de jeunes turbots sont encore capturés. Il a également été conseillé d’agrandir la largeur des mailles, afin que davantage de juvéniles puissent échapper à la capture.

    Aquaculture

    Empreinte écologique

    Pour produire 1 kg de turbot d’élevage, il faut environ 3 kg de poisson. À terme, cela risque de peser sur les populations de poissons sauvages. En outre, les aliments (farine de poisson et huile de poisson) utilisés ne proviennent pas de ressources durables et la production de cette nourriture est une source de pollution pour les populations de poissons sauvages.

    Impacts écologiques

    Le turbot n’est pas élevé en mer, mais sur la terre ferme, dans des cuves avec courant d’eau. Les jeunes poissons utilisés pour l’élevage proviennent de couveuses, si bien que les populations sauvages ne sont pas affectées par cette activité. Les habitats naturels voisins sont peu ou pas impactés par l’élevage du turbot.

    Pin It on Pinterest

    Share This